La rose de Jericho

Dans sa célèbre chanson  « Ne me quitte pas » Jacques Brel écrit : «  On a vu souvent rejaillir le feu de l’ancien volcan qu’on croyait trop vieux, il est paraît-il des terres brulées donnant plus de blé qu’un meilleur avril…. »

Il arrive quelque fois que nos vies ressemblent à une terre brûlée, à un volcan éteint et que malgré tous nos efforts pour changer, rien n’y fait.

Notre tendance naturelle consiste alors à nous retrancher derrière une forme de renoncement à nous-mêmes et à nos valeurs ; à perdre confiance voire même à déprimer.

Il existe sur terre une fleur capable de renaître après de longues périodes de « dessèchement » . C’est la Rose de Jéricho. Cette plante en laboratoire est restée 7 ans sans eau, devenue comme une touffe de racine morte. Mais à peine a-t-elle reçu quelques gouttes d’eau qu’elle a commencé à revivre jusqu’à devenir une boule verte et odorante. Et cela en quelques heures seulement.

Elle est extraordinaire cette métaphore qui nous ouvre à l’idée d’accepter la conscientisation qu’aucune situation aussi difficile soit-elle n’est pas insurmontable et peux être manier.

Il me vient l’idée que Primo Levy décrit très bien dans son œuvre « Si c’est un Homme » que malgré toutes les humiliations vécues et subies, une chose était impossible à détruire par les bourreaux à leurs victimes, c’était la façon dont ces épreuves allaient affecter leur vie.

En d’autres mots, moi seul, par mon autodétermination, ma liberté de penser et ma dignité aussi va décider de comment une épreuve va affecter ma Vie. Ainsi, ce n’est pas ce qui nous arrive qui fait la différence mais la façon dont on y réagit.

Soyons nous même la Rose de Jéricho, fleur immortelle, qui après de longues périodes renait à la Vie avec simplement quelques gouttes d’eau.

Je pense à toutes ces situations de désenchantement, de déception, de «  trahison » de la vie parfois.

C’est l’ami, le frère, le parent, l’enfant parti trop vite et brutalement dans un autre Monde sûrement meilleur, c’est le fiancé qui au dernier moment change d’avis et prend peur de s’engager, c’est ce patient qui comptait tellement sur cette opération pour se sentir mieux et qui ne voit aucune amélioration et même le contraire. C’est ce travail que l’on espère de toutes ses forces et que l’on ne trouve pas. C’est cette augmentation que l’on attend depuis si longtemps et qui ne vient jamais, c’est cette page qui reste blanche par manque d’inspiration, c’est tout simplement un mot tendre, un signe de reconnaissance ou d’amitié qui nous feraient tant de bien…

Quelles pourraient être ces gouttes d’eau ?

D’abord l’idée qu’une rose de Jéricho sommeille en nous. Puis l’idée que nous pouvons par notre volonté « décider » d’améliorer notre sort. Et enfin adapter nos comportements de manière à rester maître de la situation. Il me vient là l’idée de la persévérance, car toute situation aussi désespérée soit-elle peut être transformée à force de persévérance. La meilleure image de ce qu’est la persévérance que je connaisse est celle du chercheur d’or qui était à un coup de pioche du plus gros filon de sa vie et qui abandonna pour le plus grand bonheur de celui qui prit sa place.

Mettons quelques gouttes d’eau dans nos vies lorsque la situation nous submerge, sachons croire qu’une renaissance est toujours possible.

Alors peut-être aurons-nous la chance de toucher l’espoir du bout des doigts et son goût nous ouvrira les portes du renouveau et du changement possible et grâce à nos saines croyances et à notre persévérance, petit à petit finiront nos déboires.

Pensez-y, juste quelques gouttes d’eau !!….

Ange BRIGNANO

Nous contacter

Nous ne sommes pas là pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un courriel et nous vous répondrons au plus vite.

En cours d’envoi

©2019 Vie Happy - Devenir Ensemble

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account